DSC02653

Je n’ai toujours porté mes cheveux comme aujourd’hui. Je suis fière d’assumer ma vraie nature. J’ai d’abord eu les cheveux raides et fins pendant mon enfance. A l’adolescence, ils se sont mis à boucler. Ma maman n’aimait pas me voir assumer cette nouvelle texture et elle me les brossait de haut en bas. J’utilisais des shampoings avec du silicone et je les séchais au sèche-cheveux. Mes cheveux étaient secs, cassants et tombaient en masse.

Un jour, mon frère et ma mère ont décidé de me lisser les cheveux sans mon accord. La raison était que les cheveux bouclés n’étaient plus à la mode. J’avais l’interdiction de ne plus les porter bouclés et utiliser les mêmes shampoings que le reste de ma famille aux cheveux gras. Mes cheveux devenaient gras aux racines et secs aux pointes. Je perdais de plus en plus de cheveux sans me poser les bonnes questions.

En plus, je détestais les coiffeurs. Ils me lissaient eux aussi les cheveux et je détestais les coupes. Ma famille me faisait croire que le lisse était le seul canon de beauté. De 2008 à 2015, j’ai lissé mes cheveux avec une brosse à brushing et un sèche-cheveux  en hiver. En été, je les séchais à l’air libre en leur faisant subir les coups de brosse à répétition pour qu’ils soient détendus.

Début 2016, j’ai eu un déclic. J’ai vu beaucoup de photos sur Internet de filles aux  cheveux crépus, frisés, bouclés et ondulés. Je me suis dit qu’il était temps d’en finir avec les cheveux lisses. J’avais déjà arrêté le silicone et mes cheveux étaient redevenus secs. J’avais des petites ondulations sur les longueurs et pas de volume aux racines. J’avais commencé à démêler mes cheveux des pointes aux racines.

En juillet 2017, j’ai décidé de me couper les cheveux pour donner plus de volume aux racines. Je fais des masques aux poudres indiennes et j’utilise des shampoings aux huiles végétales. Je me suis mise à acheter une serviette en bambou pour retirer l’excédent d’eau et éviter les frisottis. Je démêle mes cheveux lors de mon après-shampoing du bas vers le haut.

Je fais deux shampoings et mes cheveux se raidissent aux rinçage. Je mets un leave-in, une huile et je les essore avec mes doigts. Une fois secs, ils sont très bien définis. Je dors aussi sur une taie d’oreiller en satin. Pour garder mes boucles, je ne fais plus d’ananas ou de palmier mais une espèce de chignon pas trop serré. En semaine, je vaporise de l’eau sur ma tête pour démêler mes cheveux et je fais des massages de mon cuir chevelu pour accentuer le volume.

Je ne regrette pas ce choix même si c’est plus d’entretien. Le lissage et le silicone sont à la poubelle. Oui, ma famille me traite de caniche, mouton ou de certains racistes. Je m’en moque car je suis épanouie dans vie.

Et vous, aimez-vous la nature de vos cheveux?

DSC02272DSC02253DSC02281DSC_0931DSC_1051dsc_0499wp-image-389775929jpg.jpeg11232507_1640230702862561_1547819696_nIMGP1367IMG_0276

8 réflexions sur “Mon évolution capillaire en 10 ans

    1. Coucou Aurore,
      Merci pour ta question.
      En fait, je coupe mes pointes seulement quand elles sont abîmées. J’évite les shampoings avec des sulfates, des silicones et autres ingrédients irritants. Je fais des bains d’huiles, des massages du cuir chevelu et surtout je démêle mes cheveux légèrement humides en dehors du jour de lavage.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s